culture

    Cannes 2018: Vanessa Paradis au casting du sulfureux «Un couteau dans le cœur»

    A trois jours de la fin du 71e Festival de Cannes, deux réalisateurs présentent pour la première fois un film en sélection officielle. Au programme de ce jeudi 17 mai, «Capharnaüm» de Nadine Labaki et le très attendu «Un couteau dans le cœur» de Yann Gonzalez.

    Publié le 
    17 Mai 2018
     par 
    Relaxnews

    Deux réalisateurs présenteront leur premier film en compétition officielle pour décrocher la Palme d'or tant convoitée, ce jeudi 17 mai. La Libanaise Nadine Labaki et le Français Yann Gonzalez monteront les marches respectivement pour «Capharnaüm» à 19h et «Un couteau dans le coeur» à 22h.

    «Un couteau dans le coeur» marquera le retour au cinéma de Vanessa Paradis, dans le rôle d'Anne, une productrice de films pornographiques gays et bas de gamme dans les années 1970. Après sa rupture avec Loïs, sa compagne et également monteuse, Anne se met en tête de réaliser un long-métrage plus ambitieux pour la reconquérir. Aidée par son acolyte de toujours, Archibald, le tournage prend une tout autre tournure lorsque l'un des acteurs principaux est retrouvé assassiné. Une enquête étrange va alors bouleverser la vie d'Anne.

     

     

    Cannes: 82 femmes se rassemblent sur les marches, au nom de l'égalité des genres

    Une consécration pour un jeune cinéaste 

    Yann Gonzalez a débarqué sur la Croisette pour la première fois en 2006 avec le court-métrage «By the Kiss», sélectionné pour la Quinzaine des Réalisateurs. Il présente son premier long-métrage lors de la Semaine de la Critique pendant le 66e Festival de Cannes avec «Les Rencontres d'après minuit» en 2013. Une véritable consécration pour le jeune cinéaste qui revient en 2015 en tant que membre du jury pour la Caméra d'or. Il finit par remporter la Queer Palm du court métrage, prix indépendant récompensant un film soulevant les questions LGBT, en 2017 avec «Les Îles».

    Festival de Cannes 2018: les femmes à l'honneur 

    Le retour de Nadine Labaki

    Avec «Capharnaüm», la Libanaise Nadine Labaki intègre pour la première fois la compétition officielle. Son film dramatique raconte l'enfance difficile du petit Zain. A 12 ans, le garçon intente un procès à ses parents pour l'avoir mis au monde. Un long-métrage qui revient sur la maltraitance infantile en se faisant écho de tous les délaissés du système à travers un récit bouleversant. 

    Nadine Labaki est arrivée dans la compétition cannoise en 2007 avec son premier film «Caramel», sélectionné pour la Quinzaine des Réalisateurs lors du 60e Festival de Cannes, qui rencontre un succès international. La cinéaste revient en 2011 dans la section «Un Certain Regard» où elle présente son long-métrage «Et maintenant, on va où?». Le Liban choisit ce film pour le représenter aux Oscars en 2012. La réalisatrice libanaise retourne à Cannes quatre ans plus tard en tant que membre du jury de «Un Certain Regard» en 2015.

     

    A lire également
    Peut-être qu'en les chantant très (très) fort, le soleil refera son apparition!
    O
    Entre le très attendu «Dietland» et le terrifiant «Three Girls», on va avoir de quoi binge-watcher, en ce début d'été!
    O
    Nadine Labaki a frappé fort le 17 mai à Cannes avec «Capharnaüm», un film sur l'enfance abandonnée, porté par son jeune acteur, Zain Al Rafeea.
    O
    News société
    La ville de Calvin vend ses places au prix moyen de 20 francs… deux fois plus cher qu’à Rome!
    O
    News société
    Et si les machos se réveillaient dans un monde «dirigé» par les femmes? C’est le pitch du film Netflix «Je ne suis pas un homme facile».
    O
    terrasse des arches
    News loisirs
    Dès que l’été approche, ces bars provisoires éclosent un peu partout et invite les passants à se délasser en extérieur.
    O
    En Suisse
    Avis aux amateurs de randonnées et de panoramas préservés: voici les cadres parfaits pour demander la main de l’être aimé dans les montagnes suisses.
    O
    femme sur un rocher dans la nature
    Voyage
    Pression au travail, famille pesante, besoin de changement, on vous propose cinq voyages en mode «retraite» à essayer lors de vos vacances.
    O